L’église du Buis

Yves Girard nous fait visiter l’église Notre-Dame de Nazareth, de Buis-les-Baronnies.

La première mention de l’église du Buis remonte à l’année 1222. Elle est alors le lieu de presque tous les évènements importants de la vie de la Baronnie.

C’est l’époque où les Barons de Mévouillon règnent sur un petit état quasiment indépendant, qui, en 1317, sera acquis par les Dauphins, et passera en 1349 à la couronne de France.

IMG_79658 PANORAMIQUE BUIS

Écouter la visite conduite par Yves Girard

 

Le plan cadastral de 1834 montrant l’spect initial de l’église avant le déplacement du chœur au XIXe siècle

Fondée vraisemblablement au XIIe siècle dans le diocèse de Vaison, l’église du Buis a été remaniée de nombreuses fois, soit pour l’embellir, soit pour la sauver de l’état de ruine où les crises l’avaient conduite.

La partie la plus ancienne est certainement la moitié inférieure du clocher, carrée, massive, et, construite comme une tour de défense, elle fut probablement le Château Gaillard du noyau initial de la ville vers la fin du XIe ou le début du XIIe siècle.

À son pied se trouve ce qui reste de l’église romane, c’est à dire les deux premières chapelles à gauche en entrant. Elles furent, probablement vers la fin du XIIIe ou le début du XIVe siècle, remaniées dans le style gothique, comme en témoignent les croisées d’ogives et les clés de voûte ornées de l’agneau de Dieu.

Le plan de l’église du Buis et ses évolutions

L’une d’elles, située dans la chapelle qui est à la base du clocher (sud 2), a été conservée dans son état d’origine dorée à l’or fin ; à noter aussi les culots de retombées des nervures joliment sculptés. En 1437, après une campagne de travaux qui eurent lieu une dizaine d’années auparavant, la tour initiale est surélevée par les arcades en molasse qui abritent actuellement les cloches. En 1568, durant les guerres de Religion, l’église, qui ne comportait que les deux premières travées actuelles, fut gravement endommagée. Seuls subsistaient « le chœur, deux chapelles et quelques pans de murs d’une nef sans voûte et sans toiture ».

Carte postale du début du XXe siècle.

Vue de l’est : porte crée à l’emplacement du chœur gothique.

Dans les premières années du XVIIe siècle, l’église est reconstruite et agrandie par l’adjonction à l’ouest de deux travées. Après les vicissitudes de la Révolution, où elle connut d’autres usages, l’église est abandonnée. Ce n’est qu’en 1837 que d’importants travaux impliquant la destruction de l’ancien chœur et l’ouverture de l’entrée à son emplacement, et la création d’un nouveau chœur à l’ouest à la dimension des stalles du couvent des dominicains qu’il devait accueillir, lui donnent son aspect actuel.

Enfin, en 1875, lui est ajoutée la statue de la vierge qui domine le clocher et la cité.

Pour en savoir plus : Yves Girard, « Pour servir à l’histoire de l’église du Buis », Terres Voconces, n° 6, pp. 150-184.
Print Friendly