Buxois d’antan. Clercs et laïcs (XVIIe-XVIIIe siècles) par Pierre Perreau

Couverture Clercs et laics V7_cr

Bourg-capitale des Baronnies, Le Buis occupait jadis une position stratégique, aux marges du royaume, à proximité et pourtant à l’écart de l’axe rhodanien. Les XVIIe et XVIIIe siècles constituèrent pour la ville une période charnière, entre les guerres de religion qui l’avaient accablée et la Révo­lution qui devait assurer le triomphe de Nyons, la sœur rivale.
Deux siècles pendant lesquels la ville se remit peu à peu et finit par retrouver une certaine prospérité qu’entravait pourtant l’absence d’une vraie route vers le Comtat, ­débouché naturel des Baronnies.
Deux siècles au cours desquels Buxois et gens d’église, ­dominicains, séculiers et ursulines, tissèrent des liens qu’on a du mal à imaginer de nos jours. Acteurs indissociables de la vie du Buis d’antan, ils le furent assurément, mais en quels termes ? Le rôle des uns se résumait-il à prier et veiller au salut des autres et ceux-ci ne constituaient-ils que le terreau sur lequel ces clercs privilégiés auraient vécu en parasites ? La richesse des archives buxoises permet d’appro­cher une réalité bien plus complexe : enjeu de pouvoir, objet de suspicion, les laïcs sont aussi pour les clercs d’incontournables partenaires, sans pour autant que la considération que les premiers vouent aux seconds signifie respect en toutes circonstances.
Fruit de longues recherches centrées sur Buis, cet ouvrage s’adresse aux passionnés d’histoire sociale et religieuse, aux Buxois de souche ou de cœur et, plus généralement, à tous les curieux de ce que pouvait être la vie au quotidien dans une société et un environnement à jamais révolus.

Disponible à La Caisse à Bulles – Buis-les-Baronnies. 600 pages, 16 x 24 cm, 25 €.

Contacter l’éditeur : 

Print Friendly